Trop loin à l'ouest...c'est l'est
Il meurt lentement celui qui ne prend pas de risques pour réaliser ses rêves, celui qui pas une seule fois dans sa vie, n'a fuit les conseils sensés. Il meurt lentement celui qui ne voyage pas, celui qui ne lit pas, celui qui n'écoute pas de musique, celui qui ne sait pas trouver grâce à ses yeux. Martha Medeiros

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Album photo
Mes amis

Mes albums

Rubriques


Sites favoris



Moalboal

 

Nous voilà partis pour Cebu, une île proche de Bohol où l'on est. Il nous faut quand même prendre le ferry puis un tuk tuk puis un car et de nouveau un tuk tuk, le trajet dure quelques heures avec arrêts dans différentes villes.

 

 

Nous arrivons sur Cebu, à Moalboal très exactement. Nous choisissons d'être logé dans le coin du village le moins “plage” c'est superbe quand-même de jour comme de nuit, 

 

 

 

Le soir, on peut faire un billard dans le pub du coin, le week-end, des tournois s'organisent, c'est la fête avec de la bonne musique, pizza !

 


 

Une ambiance de chez nous... excepté les philippins philippines bien voyants(es ?).
Ce coin est en tout et pour tout une longue rue bordée de restaurants, de magasins et clubs de plongée.

 

 

 

C'est très petit, charmant, notre fenêtre donne directement sur la mer avec un escalier pour y descendre. Couchés, à vol d'oiseau, on a la tête à 5m du bord de mer !

 

 

Tous les matins dès 5h30 il y a déjà des petits dans l'eau et comme ça toute la journée jusqu'au soir. La spécificité ici c'est qu'ils se baignent tout habillé. En short, robe ou jupe, voire avec seulement un grand tee-shirt visiblement appartenant à leur père ou frère.

 

 

 


Nous sommes venus “nous perdre” ici car il y a des choses à voir en plongée, requin baleine, tortue, sardines run (c'est à dire des énormes bans de sardines de plusieurs milliers) et toutes les autres espèces de beaux petits poissons tropicaux bien-sûr. Désolés pour vous comme pour nous mais nous n'avons pas d'appareil photos sous-marin donc nous allons à chaque fois essayé d'agrémenter les passages aquatiques d'images empruntées, choisissant celles les plus proches de notre réalité.
Finalement on craque et on se décide à rendre visite aux géantes, malgré la très mauvaise idée qu'ils ont de les nourrir. Il faut partir très tôt, nous avons 2h de voiture pour nous rendre sur les lieux, il faut y être au plus tard vers 7h du matin.... Nous arrivons, c'est un peu l'usine c'est vrai ! Des tas de petits bateaux dès 6h du matin se pressent à 50m du bord de la plage...

 

 

Beaucoup de philippins, des asiatiques qui ne connaissent rien à la mer ni aux espèces qu'ils viennent voir et qui gueulent comme des putois  depuis le bateau en voyant ne serait ce que l'ombre de l'animal sous l'eau ou un aileron....

 

 

Les animaux sont tellement près et familiers que les bouteilles sont inutiles, ils montent jusqu'à nous facilement, le snorkelling suffit. Nous nous mettons à l'eau et on voit tout de suite les grosses masses se balader à quelques mètres, c'est un enchantement.... Mis à part ces cris insupportables de gamins ou femmes hystériques... Sous l'eau on voit d'ailleurs leurs jambes pédaler comme des dingues.... Ça sert à rien, et si on a peur faut pas venir là !
Il y a des règles à respecter, ne pas avoir mis de crème de protection solaire au risque de les empoisonner, ne pas les toucher et rester à plus de 4m d'eux. Je pense sérieusement qu'ils devraient ajouter, ne pas gueuler ! Moi non plus je ne savais pas trop si je serais impressionnée au point d'avoir un peu peur, un poisson de 9-10m, ça peut faire drôle, et il s'appelle “requin” quand même.

 

 

Finalement non, c'est plutôt magique de se trouver dans le même périmètre que ces mastodontes. Ils sont calmes comme tous les animaux marins, se déplacent tranquillement, ont des tâches sur toute la longueur de leur corps et de très petits yeux. Mais difficile de se trouver à plus de 4m alors que ce sont eux mêmes qui s'approchent ! Ils ne connaissent pas les règles ! A un moment j'ai senti que mes jambes heurtaient quelque chose, j'ai essayé de soulever mes pieds, je pensais à un flotteur du bateau un peu immergé... Mais non c'était un requin baleine ! Patrick l'a vu se diriger vers moi depuis le fond, je ne voyais rien car je scruttais plus loin. C'est comme si il m'avait fait comprendre “pousse toi minus”... J'ai donc marché, involontairement ! sur le nez d'un requin baleine !
Des hommes en bateau leur lancent des micros crevettes et forcément ils se dirigent vers ce point, on peut les voir se déplacer la gueule ouverte parfois vers nous, pour avaler leur pittence, ils sortent même le museau hors de l'eau.

 

 

 

C'est un peu dommage ce gavage quotidien, mais le drame c'est qu'ils ne partent plus, ne migrent plus et donc ne se reproduisent plus. Depuis 2005 la petite ville de Oslob à vu son chiffre d'affaire grimper en flèches, des gens de partout viennent les voir et il y a un beau prix d'entrée avec accompagnement obligatoire. Du bord de la plage on pourrait facilement y aller en nageant, mais pas le droit.

 

 


Quoi qu'il en soit on est émerveillés, pas trop fiers d'avoir cautionné ça mais on résiste à tout, sauf à la tentation ! On avait vu des raies manta, là des requins baleines, on est aux anges.
Le dimanche nous louons un scooter pour nous balader vers la fameuse “white beach”... Mais c'est dimanche ! La plage est surpeuplée de philippins qui ont même plantés la tente, amené des grillades et mis de la musique... De très mauvaise qualité dirons-nous et évidemment très fort !

 

 

 

 

On se croirait sur la côte d'Azur mais ici personne ne se fait griller au soleil, les petits comme les adultes sont dans l'eau tout habillés.

 

 

Les petits pataugent, sautent jouent alors que les adultes papotent là pendant des heures. Nous longeons un peu le bord de la plage, il y a de beaux resorts un peu plus loin et enfin un petit restaurant au calme.

 

 

 

Nous sommes heureux d'avoir choisi notre petit coin paumé pour vivre plutôt qu'ici, coin plus prisé selon nos sources.


De plus, devant chez nous, nous pouvons nous rendre à la plage et en quelques coups de palmes, nous voilà sur de beaux sites. Par deux fois nous avons rencontrés 3 tortues dans 2m de profondeur maximum, on pouvait s'en approcher de très près, à une longueur de bras.

 

 

Elles broutaient paisiblement, vraiment sans crainte de nous voir là. Ensuite c'est un immense ban de sardines que nous avons vu. Un truc de dingue ! Des nuages mouvants de poissons brillants, incroyable. On savait qu'il y avait le “sardines run” mais pas à notre porte !!! Des milliasses de milliasses, à un moment on avait un mur de sardines devant nous. 

 

 

 

On avait beau palmer vers elles pour les disperser, elles s'écartent puis se regroupent aussitôt, elles se serrent...Comme des sardines ! D'ailleurs en l'honneur de ma soeur et de ma Zouzouille je n'aurais qu'une phrase “Qu'est ce qu'on est serrés au fond de cette boîte, chantent les sardines, chantent les sardines !”


Publié à 10:13, le 15/05/2016, Moalboal
Mots clefs :
Ajouter un commentaire

Commentaire sans titre

Un régal de vous lire ce soir ! Je ne retenais que le côté "noir" des Phillipines........ Alors merci pour ces magnifiques compte-rendus hauts en couleurs, ces paysages, faune, flore inconnus, vos plongées de rêve ! Quelle aventure !!! Bonne continuation. Bisous

Publié par joce à 22:39, 23/05/2016

Lien

Grillées ou à la tomate

"Haaaaaaaaaaaaa qu'est ce qu'on est serré au fond de cette boite, chantent les sardines chantent les sardines. ha qu'est ce qu'on est serré au fond de cette boite, chantent les sardines entre l'huile et les aromates ".
Y'a que ça de vrai quand arrive l'été. Merci ma soeur !
Y'a aussi la joie de vivre et le jambon ;-) (clin d'oeil à patrick)

Publié par ktikat à 00:33, 31/05/2016

Lien

c'est vrai

oui c'est vrai que pour moi aussi les Philippines c'était synonyme de misère, inondation, cyclone et autres joyeusetés mais Patrick en avait une autre une idée car en plongée c'est un lieu très connu. C'est loin d'être aussi noir que ça, vous constatez tout comme moi ! Dommage que les médias ne leur fassent de la pub que négative, c'est un pays qui mérite vraiment le détour.
Merci Jocelyne de nous suivre, ça fait plaisir.

Publié par sylvieetpatrick à 04:33, 31/05/2016

Lien

Logement?

Comment s'appelle l'endroit où vous avez logé sur Moalboal ? Avez-vous leurs coordonnées ? Merci !

Publié par Lexi à 15:07, 3/01/2017

Lien

Cora's palm Court

Bonjour
Nous logions au Cora's palm court a Panagsama beach. C'est un petit hotel avec quelques chambres placées autour d'une cour centrale face a la mer. Rien d'exceptionnel mais calme propre et bon marché, trés bien placé a l'entrée de la rue principale, et trés agreable pour y passer quelques jours. Désolé mais je n'ai pas de coordonnées plus précise nous avions choisi un hôtel au hasard en arrivant.
En gros a Moaboal il y a la ville bruyante, surchargée et sans charme et deux plages, white beach et Panagsama beach. White beach est une grande plage avec quelques resorts de luxe et Panagsama beach avec beaucoup de petit hebergements et de club de plongée situés de part et d'autre d'une rue unique. C'est beaucoup plus vivant et plus sympa et bien moins cher que White beach.

Publié par sylvieetpatrick à 09:40, 4/01/2017

Lien