Trop loin à l'ouest...c'est l'est
Il meurt lentement celui qui ne prend pas de risques pour réaliser ses rêves, celui qui pas une seule fois dans sa vie, n'a fuit les conseils sensés. Il meurt lentement celui qui ne voyage pas, celui qui ne lit pas, celui qui n'écoute pas de musique, celui qui ne sait pas trouver grâce à ses yeux. Martha Medeiros

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Album photo
Mes amis

Mes albums

Rubriques


Sites favoris



Fjordland

 

Le matin le temps est mitigé mais il ne pleut pas, il n'a pas plu dans la nuit, chose rare ! Nous nous dirigeons vers Te Anau, première ville au bord du grand lac Te Anau duquel partent plusieurs bras. Le paysage est toujours chouette, la route aussi mais le temps toujours instable, il pleut évidemment avant d'arriver à notre destination.

Au bord du lac, on commence à comprendre malheureusement que les montagnes qui constituent les fjords sont de beaux pare-nuages, ils sont bien retenus !

 

 

 

Nous avançons un peu contre le lac essayant de distinguer les fameux bras, c'est très nuageux, on voit difficilement. Juste un camaïeu de gris-bleu.

 

 

 


On est assez découragé, en particulier Patrick mais je suis un peu tête de mûle donc on gagne du temps avant de baisser les bras, de repartir définitivement. On se trouve un coin pour manger près du lac, puis Patrick fait la sieste car il n'est plus du tout confiant dans le temps et moi je vais me balader.... On ne sait jamais si ça se lève !

 

 

 


Et finalement, après une courte balade, ma patience est récompensée. Ce n'est pas un super temps clair et encore moins bleu que j'ai pu avoir mais du moins un peu dégagé permettant de mieux apercevoir la succession des montagnes.

 

 

 

 

 

Par beau temps ça doit être scotchant ! Je cours retrouver Patrick (car finalement j'ai bien avancé) pour qu'il profite de la vue, il faut se dépêcher, ça risque de ne pas durer, chaque minute compte. Il est étonné de constater que ma confiance a gagné et ravi de ce qu'on peut enfin percevoir ! On avance encore le plus loin possible au bord du lac pour voir plus, mieux....mais c'est déjà fini, ça se recouvre et la route fini là. Nous repartons un peu désabusés par cette tentative encore “ratée” comme vers les glaciers. Cette région est vraiment trop trop pluvieuse et sans doute exceptionnelle par beau temps. Il faudrait avoir des semaines complètes à rester là pour attendre les belles heures claires... Nous n'avons pas ce temps.
Maintenant que nous sommes au sud, autant poursuivre encore plus au sud et faire le tour par le bord de côte vers Christchurch. Il y a une route très réputée qui permet de traverser de beaux paysages, avoir des points de vue.

 

 

 

 

Nous partons le jour même vers Invercargill, la plus australe des villes néo-zélandaise, on n'a jamais été aussi loin de la France.


Publié à 10:22, le 22/01/2016, Te Anau
Mots clefs :
Ajouter un commentaire