Trop loin à l'ouest...c'est l'est
Il meurt lentement celui qui ne prend pas de risques pour réaliser ses rêves, celui qui pas une seule fois dans sa vie, n'a fuit les conseils sensés. Il meurt lentement celui qui ne voyage pas, celui qui ne lit pas, celui qui n'écoute pas de musique, celui qui ne sait pas trouver grâce à ses yeux. Martha Medeiros

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Album photo
Mes amis

Mes albums

Rubriques


Sites favoris



En route vers les glaciers

 

En partant du Parc Abel Tasman nous avons bien roulé, plus que prévu, la nuit prochaine nous la passerons près des glaciers. En attendant nous nous réveillons évidemment sous la pluie qui dure et dure, notre idée de faire une petite marche vers un ancien village de mineurs du XIXème est foutue ! On prend un petit déjeuner sous abri avant de repartir illico, le paysage est invisible. Patrick s'entraîne à prendre des photos de brouillard.

 

 

 

 


Notre route est toujours agrémentée, de moutons, vaches et pluie.....

 

 

 

 

Ce n'est qu'à la mi-journée que la pluie cesse et même le soleil paraît. Nous faisons une halte dans le village Hokitika. Nous visitons le musée sans prétention qui nous apprend que cette région a été envahie par les Européens dans les années 1850 pour la recherche de l'or, des bateaux arrivaient régulièrement déversant des centaines d'hommes et de familles venues faire fortune. Les pêcheurs ramassaient des centaines de kilos par jour d'alevins dans la rivière, grâce à de grandes épuisettes, aujourd'hui cette pêche est limitée. Cette ville est aujourd'hui la capitale du jade “greenstone”, (littéralement pierre verte), pierre sacrée et chère aux Maoris qui en ont été les premiers sculpteurs, la ville regorge de magasins et d'ateliers de sculpteurs de jade.

 

 


La plage est aussi agréable, surtout sous le soleil !

 

 

 

 

Mais rien des montagnes enneigées promises sur les cartes postales, le plafond des nuages est vraiment trop bas dans leur direction.
Il est largement l'heure de manger, 15h ! Nous prenons un plat plus ou moins local que nous dévorons sur une souche : “le fish and chips”, des frites et du poisson frit, ça coûte rien, c'est chaud et c'est un truc d'ici finalement ! Ils emballent toujours ça dans 4 ou 5 feuilles de journaux pour garder la chaleur... et gober l'huile ! C'est terrible, ils sont très forts pour les frites, faites maison, bien épaisses, ça fait du bien.

 

 

La dame qui tient le troquet comme d'habitude nous fait la causette, où on va, d'où on vient... et quand elle nous donne notre paquet au moment de partir nous dit “et tenez bien votre gauche !”. C'est marrant, ça doit arriver tellement souvent les erreurs de côté avec certains étrangers. Ils sont prévenants ces kiwis !
Le soir nous arrivons sans encombre près du glacier Franz Joseph, toujours dans un camping nature. Ces campings sont particuliers, ils sont “protection de la nature”, pas de permanence, ni d'accueil, on s'inscrit seul mais il y a un vrai entretien, des vérifications dit-on le matin tôt. Au bout d'un moment un homme en uniforme “ranger” vient nous voir, je pense qu'il veut vérifier notre inscription, pas du tout, il vient nous informer et nous donner un plan du site pour les glaciers le lendemain, même pas besoin de se déplacer !
Demain nous avons de petites marches prévues pour approcher les glaciers, il faut qu'il fasse beau !


Publié à 12:47, le 19/01/2016, Hokitika
Mots clefs :
Ajouter un commentaire