Trop loin à l'ouest...c'est l'est
Il meurt lentement celui qui ne prend pas de risques pour réaliser ses rêves, celui qui pas une seule fois dans sa vie, n'a fuit les conseils sensés. Il meurt lentement celui qui ne voyage pas, celui qui ne lit pas, celui qui n'écoute pas de musique, celui qui ne sait pas trouver grâce à ses yeux. Martha Medeiros

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Album photo
Mes amis

Mes albums

Rubriques


Sites favoris



Rotorua

 

Nous nous sommes arrêtés à Rotorua, le lonely planet et Julien un jeune gars rencontré à Auckland nous ont conseillé un arrêt ici. Ça ne parait pas mais la météo quand on est en camping est quand même super importante et justement ce jour là le temps est superbe !
Toute l'île, les deux îles d'ailleurs, l'une du Nord, l'autre du Sud sont volcaniques. La ville de Rotorua même est construite dans le cratère d’un volcan, partout des nuages de fumée sortent du sol et une odeur âcre baigne la ville....il faut supporter cette odeur d'oeuf plus ou moins présente selon les lieux et les moments de la journée.
Plusieurs volcans près de Rotorua se sont réveillés en 1886, un village entier a été englouti, la forme de certains lacs a été altéré et la 8ème merveille du monde a été ensevelie “les terrasses blanches et roses”. C'étaient des terrasses d'eau soufrées qui faisaient office de bain thermaux dans les années 1880, le monde entier s'y rendait pour ses propriétés thérapeutiques.

 

Peinture des White Terraces en 1884.

 


Après cette catastrophe, la ville a mis 20 ans à s'en remettre puis un bâtiment thermal à été construit au milieu d'un grand parc, attirant de nouveau un tourisme de cure. Le bâtiment est magnifique, de style élisabethain dit-on !

 


 

 

A ce jour c'est un musée dédié en partie à la culture maori, c'est très bien fait.
C'est lors de notre approche du musée que l'on rencontre un monsieur jouant seul aux boules. Ça s'appelle les boules de boulingrin. Elles ne sont pas sphériques, mais légèrement écrasées aux deux pôles. De plus, leur forme est asymétrique, c’est-à-dire qu’un des pôles est plus écrasé que l’autre. Cette caractéristique leur donne une trajectoire elliptique, les boules ne “tournent pas rond”.... J'ai essayé, c'est dur de s' approcher du bouchon !

 

 


Après ça nous profitons d'un bon bain dans les piscines d'eaux chaudes tout à côté du musée. C'est une piscine des années 30 qui a gardé quelque chose de surrané. Trois bains, deux petits couverts à 37 et 40 degrés et un grand bain à 28 où on peut nager. Super agréable mais tellement reposant et ramolissant qu'après ça plus possible de se bouger, de faire de la route.


Le jour suivant nous décidons d'aller visiter le village maori géothermique.
Il faut supporter l'odeur quasi permanente de soufre mais sinon c'etait un habitat parfait : chauffage toute l'année, bains chauds pour se laver, laver le linge, avoir de l'eau chaude pour cuisiner. L'endroit rêvé quoi, mis à part l'odeur donc ! Ce village maori, bien qu’ouvert à la visite à certaines heures est vraiment le lieu de vie des maoris, ce n'est pas un musée ni un village factice. Ce système touristique est géré par eux et leur permet de poursuivre et de transmettre leur culture. La langue maori est enseignée à l'école primaire du village, la salle communale est toujours en fonction, le restaurant est tenu par des Maoris, les guides et danseurs sont aussi Maoris évidemment !
Le village est très agréable, petit avec de nombreux cratères d'où s'échappent de la fumée. Ces trous bleus sont souvent superbes et attirants mais la moindre chute ou plongeon serait mortel. Les eaux et/ou la boue peuvent atteindre 80 degrés.

 

 

 

 

 

Des fours “communaux” ont été construits car grâce à cette chaleur souterraine, les aliments, placés dans des sacs en tissus ou feuilles cuisent à l'étouffée... C'est pratique.

 

 

Des geysers s'activent régulièrement, toutes les heures à peu près et s'élève à plusieurs dizaines de mètres de haut.

 

 

 

Le village est cerné de petits lacs, de collines, c'est vraiment charmant.

 

 

 

 


Le marae, lieu de réunion est le lieu de vie traditionnel communautaire, le bâtiment est magnifique, encore plus beau dedans que dehors car sculpté de haut en bas.

 

 

 

 

La façade de l'église de Hanga Roa était largement inspirée du marae, avec une croix en plus ! C'est là qu'ont lieu les réunions officielles, les cérémonies, mariages, enterrements, c'est le lieu le plus sacré du village où toutes les grandes choses se passent, on y entre pieds nus. Il peut y avoir des discours, des litiges à régler.

Le cimetière est étonnant car hors sol, du fait de l'activité volcanique souterraine.

 

 

 


Nous avons vu des danses maoris et notamment le haka, littéralement “danse”, c'est assez impressionnant en vrai et de près, même les femmes roulent des yeux. L'objectif est de mettre tout le corps à contribution, donc y compris les yeux et la langue.

 

 

On a vu également des danses avec lancement de bâton ou “jonglage” avec des boules en tissus, c'est pas forcément agressif dans ces cas là.

 

 


Le tatouage aussi fait parti des rituels typiquement polynésien, c'est culturel comme disait un tatoueur qui parlait de son travail au musée de Rotorua. Le tatouage que porte les maoris n'est pas seulement quelque chose d'esthétique mais c'est culturel. Normalement personne à part un maori ne devrait porter les mêmes symboles tribaux, ce n'est pas de l'art c'est de la culture ça a une signification qu'il faut avoir intégré dès l'enfance... Ce n'est pas un joli dessin. Auparavant les chefs pouvaient, voire devaient avoir le visage entièrement tatoué “Le moko” pour être reconnu et respecté c'était extrêmement douloureux mais ça faisait aussi parti du rituel.

 

Afficher l'image d'origine

 

Les femmes pouvaient aussi avoir le menton tatoué, elles avaient alors une place plus élevée au rang de leur société.
Depuis les années 50 la population Maori et sa culture est valorisée, protégée, les lois promeuvent la culture maori. Depuis précisément 1987, la langue maori fait partie des langues officielles de la Nouvelle-Zélande... Et c'est compliqué, voyez le nom du village en anglais et en dessous en maori ! 

 

 

femme en maori se dit “wahiné”.


Le drapeau de Nouvelle-Zélande est particulier, il porte, comme l'Australie, “l'union jack” drapeau du Royaume Uni ainsi que 4 étoiles rouges.

 

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3e/Flag_of_New_Zealand.svg/langfr-320px-Flag_of_New_Zealand.svg.png

 


Depuis plusieurs décennies il est question d'en changer pour marquer leur identité propre. Depuis 2015, plusieurs votes pour un nouveau drapeau ont entraîné le choix d'un drapeau portant forcément une feuille de la fougère argentée. Cet arbre présent partout sur le territoire et symbolisant déjà les All blacks sera logiquement présent sur le drapeau mais le choix n'est pas encore précisément arrêté.

 

Permalien de l'image intégrée

 


Traces du royaume uni toujours, le visage de la Reine d'Angleterre sur les pièces et billets et l'interdiction pour les chiens de se promener en liberté sur les plages.... le jour de l'anniversaire de la Reine !!!! Promis c'est vrai !


Publié à 10:40, le 10/01/2016, Rotorua
Mots clefs :
Ajouter un commentaire